Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher Un Sujet (Articles)

QUESTIONS d'ACTUART

point-d-interrogation_7692_w300.jpg
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 21:25

La chronique n° 41 de Nicole Esterolle

 

que vous pouvez trouver aussi sur le site : www.schtroumpf-emergent.com

 

 

Marcel Duchamp était beaucoup moins doué pour la peinture que ses deux frères Raymond et Jacques et que sa sœur Suzanne, mais beaucoup plus futé et malicieux qu’eux. Et c’est d’ailleurs à la jalousie éprouvée à l’égard de sa fratrie que l’on doit   la formule célèbre de Marcel : «  bête comme un peintre » , qui fut complétée par celle d’André Breton : «  Marcel Duchamp est l'homme le plus intelligent de la première moitié du 20 e siècle", sans que l’on ait pu savoir s’il s’agissait d’un compliment sincère ou de  la pire des perfidies de la part du maître du surréalisme.

 

Le jeune Marcel hésita donc un moment entre la peinture qu’il considérait comme de la bêtise en soi et le dessin humoristique qui correspondait mieux à son tempérament farceur, à son penchant naturel pour la gaudriole  et à son intelligence mutine… Certains , aujourd’hui, disent  qu’il n’a en fait rien  choisi du tout , et qu’il a su, très intelligemment en effet, concilier le tout en jouant à la peinture la plus gigantesque farce de l’histoire des hommes depuis Cromagnon.

 

 

Comment devenir «  l’artiste le plus important du 20 e siècle » tel que l’est écrit dans tous les bons manuels d’art? D’où vient  cette notoriété planétaire de prophète d’une nouvelle religion artistique?  Comment devenir le gourou de cette immense secte métastasique des adorateurs du porte-bouteille ou de la roue de vélo? Comment parvenir à  un effet Larsen d’une  telle « importance » à partir d’une si petite quantité  d’œuvres réalisées :  un urinoir, une roue de bicyclette, un porte-bouteilles, une boite en valise, un grand verre, une pelle, un porte-manteau,  un dépôt de poussière sous verre, un nu descendant l’escalier, une Joconde à moustache, une porte en bois avec un trou par lequel on peut apercevoir une femme nue écartant les cuisses , et quelques autres menus bricolages ? Comment quelqu’un qui n’a quasiment rien foutu de sa vie,(hors son activité de dandy un rien gigolo et pique-assiette parmi l’aristocratie new-yorkaise) ,  rien produit, rien écrit, rien dit (sinon quelques boutades aussi creuses qu’alambiquées, quelques sentences énigmatiques de Sphinx au cigare, d’autant plus indéchiffrables qu’elles n’ont rien à déchiffrer, et un rébus posthume, crypto-débilo-ésotérico-abracadabrantesque,  avec un titre  à coucher dehors : « Etant donnés : 1e la chute d’eau 2e le gaz d’éclairage », qui ne veut strictement rien dire, mais qui pour cela a fait couler des kilomètres cube  de savantes exégèses), rien théorisé, rien étudié, rien donné, rien analysé, rien construit, rien mis en forme, rien inventé, rien créé en définitive… peut être dit « le plus important des artistes du 20 e siècle» , avant  Picasso par exemple qui a produit , lui,  quarante mille œuvres ? Par quel diabolique mécanisme, avec qui, pourquoi, au profit de qui, s’est opéré ce stupéfiant retournement du sens des choses ?

 

C’est à toutes ces questions, que répondra, je l’espère,  le prochain numéro du Magazine Artension dans un grand dossier consacré à Duchamp. Dossier  où l’on m’a demandé d’intervenir avec un texte d’un feuillet destiné à mettre un peu de moutarde dans la choucroute.

 

 

 

 

 

2- Pour un trophée « Marcel » de l’art contemporain

 

Dans ce texte que j’ai fourni à Artension et intitulé : «  mon prix Marcel Duchamp », je propose à l’ADIAF (, (Association pour la Défense Internationale de l’Art Français), association de riches spéculo-collectionneurs français, de décerner son  Prix Marcel Duchamp 2013 au  jeune artiste émergent breton, Régis Perray, et de créer une cérémonie de remise du « Marcel » de l’art contemporain sous forme d’un urinoir en or massif,  comme il existe le « César » du cinéma sous forme d’une compression de je ne sais quoi … Régis Perray est en effet un artiste obsédé du nettoyage, un surdoué de la technicité de surface, un compulsif du Karcher , un addict profond au Cilly Bang, qui a obtenu les félicitations du Jury à son diplôme de fin de Beaux-Arts, pour avoir superbement décapé les marches de l’Ecole des Beaux –Arts de Nantes. On le voit, sur la vidéo (dont je vous joins une image), acquise par le FRAC Pays de Loire, en train de balayer la route qui même à la pyramide de Kephren ... Et il est possible de découvrir ses principales actions de nettoyage à travers le monde sur le site : www.regisperray.eu/

Et si je propose à l’ADIAF de remettre son prestigieux trophée à ce frénétique du coup de balai, c’est que j’estime qu’il  peut contribuer à ce que s’exprime enfin cette capacité inhérente ou congénitale à la pensée duchampienne  de s’ auto-balayer  ou de s’auto-anéantir à terme.

 

3-A propos d’une  pissoire profanée à l’urine !

 

A propos de cet auto-anéantissement programmé du contemporain de type duchampiste, je présume  qu’il sera question, dans ce même grand dossier récapitulatif d’Artension, de l’acquisition, faite par la MAMAC de Nice, de la pissoire  de Duchamp cassée par Pinoncelli après que celui-ci  ait uriné dedans .

Une acquisition muséifiante  qui me semble importante symboliquement, car elle apparaît  comme la sacralisation d’un acte désacralisateur, ou comme l’institutionnalisation d’une  désinstitutionalisation , c’est à dire comme le début de la fin du tout-duchampien,  sonné par  une population institutionnelle nourrie exclusivement à cela depuis trente ans , et qui commence à en avoir un peu marre de bouffer du Ready-made à tous les repas.

Significatif, à cet égard, la présence de Catherine Millet et d’Olivier Kaeppelin, à la cérémonie-débat  d’accrochage de la pissoire profanée au MAMAC de Nice. Quoi de plus savoureux en effet que d’entendre Madame  Millet, de sa petite voix de Sainte Nitouche ingénue - qui a pourtant énormément  bourlingué intellectuellement et sexuellement-, faire l’éloge du geste pinoncellien, quand on sait quelle féroce pro-duchampienne elle fut pendant 40 ans à la tête d’Artpress. Quoi de plus émouvant que la repentance d’Olivier Keappelin, ex-ministre des Arts Plastiques, quittant ses fonctions  en avouant que les duchampistes de son ministère « avaient eu tout faux » et qu’il fallait prendre  maintenant en compte  la diversité de la création actuelle.Quelle satisfaction enfin de voir ces deux là, apprendre que Pinoncelli avait cassé l’urinoir avec l’accord de leur idole Duchamp, comme si ce dernier avait programmé lui-même la fin de son règne… et du leur.

 

 

4-Mosset : encore plus radical que Duchamp !

 

André Rouillé est l’inénarrable tenancier du show-room parisart.com sur internet , avec un édito quinzomadaire toujours bien croquignol. C’est un critique new génération, qui critique plus vite que l’ombre de son cerveau, et qui dispose d’un pistolet taser électrique à mots et à concepts  pour tirer dans les coins et simultanément  en arrière et en avant…Un as de la gâchette processuelle et discursive.

Son récent édito est consacré à l’autre inénarrable Mosset, le monochromiste motocycliste qui expose 10 immenses monochromes (de différentes couleurs) au MRAC de Sérignan (Cet équipement avec toutes les exigences scientifiques et techniques rayonne sur toute la région Languedoc-Roussillon et bien au-delà).. On y lit ceci : «  les neutralités répétitives  de Mosset, disposent d'une évidence paradigmatique que n'avaient pas les ready-made de Marcel Duchamp dont la transformation des objets ordinaires en œuvres d'art était tributaire du langage et d'un dispositif institutionnel »

Et encore ceci que je vous demanderai de lire à haute voix en articulant bien: « Elle donne la mesure de la radicalité théorique et esthétique d'une peinture qui n'a jamais cessé de se déployer aux extrémités de la peinture. En un point où la théorie et la pratique fusionnent, où l'absolue platitude substitue aux représentations la densité de réflexions sur la peinture, l'acte de peindre, et les conditions réelles de production et de diffusion.La répétition a été la solution adoptée par Olivier Mosset pour placer sa peinture dans l'ordre de l'évidence et de la neutralité. C’est une critique de la peinture par la peinture, plus précisément par la pratique d'une autre peinture dans la peinture…
Car la répétition-neutralité d'un même tableau archétypal, qui abolissait les notions d'évolution, de progrès, d'habileté, d'individuation, et bien sûr celles d'unicité, d'originalité et de nouveauté, déjouait les principaux mécanismes constitutifs des valeurs symboliques, esthétiques et économiques traditionnellement attachées à la peinture. »

 

NB : La motocyclette de l’artiste, acheminée tout spécialement de Los Angeles,  sera présentée en annexe de cette exposition

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5-Chauffe, Marcel !

Ou comment se foutre de la gueule du peuple…avec l’argent de ce  peuple-même

 
« Le Frac Languedoc-Roussillon a proposé durant l'été 2006 une importante manifestation intitulée « Chauffe, Marcel ! » ,  dans une vingtaine de sites de la région. À partir des œuvres de sa collection et de celles d'autres institutions publiques, mais en invitant aussi des artistes de toutes générations, le Frac LR entend faire partager à un large public la grande diversité des démarches qui forgent la vitalité de l'art contemporain. Pour construire ce parcours la figure tutélaire de Marcel Duchamp a été convoquée... La diversité de ses pratiques a inspiré une multitude d'artistes qui ont trouvé en lui, parfois dans leur opposition même, un moteur dans leur propre parcours et une incitation à la liberté et à l'indépendance. »… Liberté et indépendance, mon œil ! quand on sait que les artistes participant ont tous été choisi pour leur formatage à la norme duchampo-contemporaine par une volaille institutionnelle nourrie exclusivement à la purée conceptuelle  du grand Duch.
Mais le plus extraordinaire dans cette affaire de Chauffe Marcel, c’est que c’est moi, Nicole, qui vais être taxée de populisme et de démagogisme en flinguant les les pintades et les dindons culturels du CIPAC, alors que ceux-ci en font un maximum dans le popu et la vulgarité crasse, avec cette lourde  référence à l’accordéoniste en « marcel » des bals  de campagne, à qui l’on demande parfois de « chauffer » l’ambiance déjà « pue la sueur »… C’est pas drôle, c’est cynique, c’est méprisant pour le « peuple » et cela donne une idée de délabrement psycho-mental des adeptes fonctionnarisés de la secte des adorateurs de Marcel : une progéniture volaillère dont Duchamp aurait honte, oui, et qu’il faudrait maintenant libérer du poulailler administratif pour la laisser s’ébattre  librement dans les fraiches et larges prairies de l’art vivant.
 
 
 
 
 

7-C’est officiel : le galeriste de Noirmont  n’est plus contemporain !

 
On apprend, dans la chronique de Judith Benamou du journal économique Les  Echos, que la galerie très duchampo-contemporaine  Jérôme de Noirmont va fermer, et on peut y lire l’explication suivante de la part de Madame de Noirmont: " l’art devient ce marché où tu parles de milliards, où le bling bling règne en maître. Nous voulons revenir à des valeurs plus humaines. Nous voulons intervenir différemment par des actions ponctuelles, caritatives, en collaboration avec d’autres galeries ou des collectivités locales par exemple. Replacer l’art au sein d’un projet de société. "
Ainsi, Jérôme de Noirmont qui faisait pourtant bien partie des galeries bling bling à vocation internationale, jette l’éponge. Trop humain sans doute, ou pas assez  inhumain pour subsister dans ce monde des tueurs de la haute finance artistique…Ainsi se vérifie  ce que je disais plus haut : le duchampo-bling-bling pour milliardaires et hauts fonctionnaires de l’art international commence à se dévaloriser moralement, avant une dévalorisation financière, qui arrivera,  à terme, lorsque les super méga galeries exploseront et s’anéantiront d’elles-mêmes dans le néant intersidéral… sur fond de grand éclat de rire des mânes du divin  Marcel.
 
La vérité  de Noirmont par le galeriste Eric Mircher
Attention : ça balance !

Extrait d’un texte que vous pourrez lire intégralement sur le lien indiqué plus bas

« La plupart des journaux, sites et autres « lieux d’information » reprirent à l’unisson les propos oiseux de Jérôme de Noirmont au sujet de sa fermeture liée entres autres au « climat idéologique et malsain français », au « matraquage fiscal français » et tutti quanti. On connaît la musique(…) Evoquer un certain nombre de facteurs extérieurs à cette fermeture est indécent. Une indécence qui ne gêne pas Jerôme de Noirmont en ces périodes peu fastes. Les Noirmont sont sans le sous : cette famille aristocratique n’a plus les moyens de ses ambitions depuis longtemps. Je parle de cette famille en général pas celle qui s’installa pendant vingt ans avenue Matignon au milieu des œuvres dont elle assurait la promotion. Il faut dire que Jérôme de Noirmont a appliqué une vieille recette de la vieille aristocratie : s’associer. Ou plutôt s’unir. Ainsi, Madame Dunoyer de Noirmont est également née Fraikin : les camions. Son père créa cette entreprise après-guerre à partir d’un petit camion de livraison. Il en fit un empire. Parcours remarquable de cet homme de peu qui put se flatter de créer un leader européen qu’il cèdera – peu avant son décès en 2004- pour plus de deux milliards. On l’a compris »

 
 
 
 
 
 

8-Marcel Duchamp, artiste ou anthropologue ? 

 

L’art contemporain ne tend-il pas vers son propre anéantissement ?

Un texte de Alain Boton

 

Publié sur le site MAUSS (Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales)

Voici le lien : http://www.journaldumauss.net/spip.php?article833

(Le bouquin contenant l'argumentation serrée qui soutient la thèse d'un Duchamp mystifiant socratiquement ses amis du monde de l'art devrait sortir en septembre prochain.)

 Cet effort vers le néant n’est-il pas ce qui anime tout l’art contemporain ? Pour en juger, il est essentiel de s’interroger sur la signification de l’artiste sans doute le plus emblématique de la modernité : Marcel Duchamp. Son œuvre, suggère Alain Boton (qui signait auparavant « l’artiste anonyme »), doit être lue comme un rébus. Un rébus qui nous dit que, derrière son « art », il n’y a qu’une expérience sociologique. C’est « le regardeur qui fait le tableau », écrivait Duchamp. D’où la traduction du rébus : « Si la loi sociologique qui veut qu’un objet créé par un artiste devienne un chef-d’œuvre de l’art s’il a d’abord été refusé par une majorité scandalisée de sorte qu’un minorité agissante puisse se caresser l’amour-propre dans le sens du poil en le réhabilitant est bien une loi « scientifique », alors mon urinoir, qui n’a pourtant aucun des attributs qui, en 1913, sont censés caractériser une œuvre d’art, deviendra un chef-d’œuvre de l’art s’il débute sa carrière par un refus radical et connu de tous ».
Où l’auteur, en suggérant que Duchamp a mystifié le monde de l’art, affirme qu’il en révèle la vérité : la vanité et la vacuité. A discuter.

 

 

 

 

 

9-Les cent œuvres d’art les plus bêtes du monde

Vous connaissez,peut-être ce livre : « Les cent œuvres les plus chéres du monde », écrit par la critique spécialiste du marché de l’art, la pulpeuse Judith Benamou-Huet, grande copine de Daniel Buren, groupie des collectionneurs et artistes milliardaires , et auteur également du très récent et important ouvrage de réflexion qui fera date dans l’histoire de l’art: « Les artistes ont toujours aimé l’argent »….Ben voyons, ma brave dame !

J’entreprends d’écrire un livre qui fera date je l’espère aussi et s’intitulera : «  Les cent œuvres les plus con du monde »…(qui sont aussi, souvent, les plus chères). J’en ai choisi déjà, parmi la production contemporaine,  quelques dizaines d’une crétinerie assez fracassante.

Si vous en connaissez, dans la catégorie art officiel contemporain et d’une réjouissante  stupidité , signalez- les moi, en m’indiquant par exemple le lien sur internet qui me permettra d’avoir les infos les concernant. ( SVP, ne m’envoyez pas   les œuvres trop odieuses, morbides, répugnantes, comme il y en a de tas, et qui n’ont malheureusement rien d’amusant )

 

 

10 – le « HAPPY ART » comme alternative à la sinistrose duchampiste

 

Happy Art est un groupe d’une cinquantaine d’artistes plutôt « singuliers » autour du fondateur Guy Sénécal. L’art « singulier », par son caractère spontané, enjoué, coloré, tripal, non savant, heureux, populaire, est particulièrement détesté par gens  de l’institutionnalité culturelle qui trouve cela très répugnant et vulgaire. Et c’est pour cela que le groupe Happy Art est interdit d’expo dans les centres d’art, comme s’ils étaient des pestiférés contagieux et alors qu’ils paient des impôts leur donnant accès aux édifices publics.

C’est pour lutter contre cet ostracisme,  qu’ils entendent devenir un mouvement structuré , car il existe bien en France 500 artistes pouvant se réclamer de cet art volontiers joyeux et positif, qui a constitué depuis quelques années un antidote à la négativité du duchampisme ambiant et officiel , cette esthétique tordue de la prise de tête très anxiogène,  « questionneuse de société » et remplisseuse des poches des richissimes collectionneurs amateurs de calamités artistiques les plus si,ostres et épouvantables possible pour être rentables financièrement.

http://www.happy-art.fr/DOSSIER_DE_PRESSE.html

 

happyart@me.com

 

 

11 – Place aux djeunes !

On signale un prochain débarquement de papys anciens combattants de Fluxus, pour le 6 avril, à l’école des Beaux-Arts de Blois, la ville de Djack Lang… Des vieux de la vieille internationale situationniste, des vieux tamalous de la provoc institutionnalisée, regroupés autour de pépé Benjamin  Vautier, alias Jaimal Hamonégo… Y a du doute dans l’air … Faites péter le viagra !

 

 

12 – Comment reconnaître un crétin duchampiste

Quand vous montrez la lune à un crétin, il regarde votre doigt… Quand vous montrez Anselm Kiefer à un fonctionnaire duchampien, il voit Bernard Venet… Quand vous lui montrez la Joconde, il voit Orlan… Quand vous lui montrez Soulages, il voit Buren…Quand vous lui montrez une sculpture de  Giacometti, il voit un porte-bouteilles…Etc.

 

 

 

 

*Allez sur internet !

Vous pouvez retrouver ces chroniques en allant sur les sites : www.schtroumpf-emergent.com

, sur Mic Mag, le magazine des médias libres : www.micmag.net/es/voz-libre , sur www.actuartlyon.com

sur http://ragemag.fr/  et sur le site Défi Culturel :  http://www.sauvonslart.com/

 

 

 

 

*Allez sur facebook !

http://www.facebook.com/profile.php?id=100003611733859

Pour retrouver ses chroniques et devenez amis de Nicole Esterolle

 

 

Cette chronique est envoyée régulièrement par ailleurs à 15 000 journalistes ,  diffuseurs d’art , artistes et décideurs institutionnels  en France.

 

Si vous souhaitez ne plus recevoir cette chronique, répondez en écrivant STOP

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires